Zurich, 11 mars 2019 Les organisations de milice suisses qui sontréunies au sein de la «Communauté de travailpour une armée de miliceefficace et assurant la paix» ont analysé l’arrêté fédéral «portant approbation et mise en œuvre de l’échange de notes entre la Suisse et l’UE concernant la reprise de la directive modifiant la directive de l’UE sur les armes». Après un examen approfondi, elles recommandent le rejet de cet arrêté soumis en votation populaire le 19 mai prochain. Elles jugent cette modification légale inutile et dommageable pour la Suisse.

Aucune utilité – Affaiblissement de l’armée de milice

Ce durcissement de la législation suisse sur les armes n’apporte aucun gain sécuritaire en Europe. Et encore moins en Suisse, où le principe de défense de milice avec des citoyens armés est profondément ancré dans la population depuis des siècles. L’importance accordée aux armes comme la relation qu’entretient le citoyen avec son arme sont, en Suisse, fondamentalement différentes que dans l’Union Européenne (UE). Retirer ainsi la confiance à un citoyen, respectable et respectueux de son arme personnelle, affaiblit notre système de milice, le tir hors service comme le degré de préparation à la défense. Cette réforme légale ébranle ainsi nos valeurs fondamentales et nos principes de liberté.

Quant à l’objectif présentéde lutter contre le terrorisme, il n’est nullement atteint avec cette révision légale. Criminels et terroristes n’utilisent pas les armes d’ordonnance suisses mais se fournissent sur les marchés illégaux. Au contraire : les citoyens suisses intègres, les tireurs et autres possesseurs d’armes seront punis et devront subir maintes chicanes administratives, coûteuses autorisations et autres contrôles de police...

La bonne foi abusée

A l’heure de voter en 2005 sur l’entrée de la Suisse dans l’Espace Schengen, garantie avait été donnée aux tireurs que l’exercice du tir sportif ne serait nullement touché. Forts de cette promesse, les tireurs avaient alors soutenu la démarche. Mais aujourd’hui, avec cette modification de la directive de l’UE sur les armes, cette garantie est caduque. Et l’UE va et pourra, grâce à l’application automatique, tous les cinq ans, imposer à la Suisse d’autres durcissements de ses directives.

Menaces exagérées sur Schengen

Les partisans de cette directive sur les armes de l’UE brandissent des arguments de peur panique : selon eux, en cas de refus le 19 mai prochain, la Suisse serait automatiquement exclue de l’Espace Schengen ! Les organisations de milice suissesconsidèrent cet argument totalement injustifié. Car l’Union Européennen’a aucun intérêt à exclure la Suisse de l’Espace Schengen, la Suisse située au cœur de l’Europe, la Suisse et ses axes de transport. Sans oublier que notre pays contribue plus que la moyenne au financement du système Schengen. Curieusement d’ailleurs, cet argument d’exclusion automatique de la Suisse n’est jamais avancé par les pays membres de l’Espace Schengen mais uniquement dans notre pays !

La directive de l’UE sur les armes est une contrainte

Jusqu’à aujourd’hui, les Suissesses et les Suisses ont appliqué le droit suisse de possession d’une arme et de tir avec un profond sens de la responsabilité. Mais avec l’introduction de cette directive, ce droit suisse actuel de possession d’une arme et de tirsera, de fait, éliminé ! L’arme d’ordonnance, pour laquelle les citoyens suisses reçoivent une instruction professionnelle, sera considérée comme une arme illégale et son propriétaire comme un criminel.

Ces dernières années, le peuple suisse a, à plusieurs reprises, clairement refusé toute démarche tendant à un durcissement du droit des armes ou à une restriction du tir sportif. Vouloir revenir à charge et introduire viale droit supranational ces dispositions refusées – comme par exemple l’enregistrement a posteriori – est tout simplement une contrainte.

Si le 19 mai prochain ce diktat réussit à l’Union Européenne, alors, de la même manière et avec l’application automatique de son droit, elle aura dans son viseur d’autres privilèges de notre pays dans d’autres domaines.

Une évaluation rigoureuse de tous ces paramètres permet aux organisations de milice suissesde tirer une conclusion sans ambiguïté : cette directive sur les armes de l’Union Européenne doit être refusée. Voilà pourquoi elles recommandent vivement à toutes les citoyennes et citoyens suissesde déposer un «NON» le 19 mai prochain.

 


La «Communauté de travail pour une armée de milice efficace et assurant la paix» (CMEP), fondé en 1983, est une association d'organisations et d’associations intéressées par la politique suisse, actives dans l'ensemble de la Suisse et représentant quelque 220’000 miliciens de notre armée. Elle se réserve le droit d'exprimer son opinion sur des questions d'importance nationale. Elle reconnaît l'autonomie des membres individuels. La liste de ses membres peut être consultée sur www.awm-cmep.ch


 

Autres informations www.awm-cmep.ch

Contact
Andreas Widmer, Président CMEP
071 911 60 22 | andreas.widmer@tbwil.ch

 

Membres CMEP

  • Comité Romand pour une Défense Nationale Crédible (CRDC)
  • Action libérale - Redressement National
  • Association pour une Suisse sûre
  • Société suisse des officiers (SSO)
  • Association suisse de sous-officiers (ASSO)
  • Conférencenationale des Associations faîtières militaires (CNAM)
  • Fédération sportif suisse de tir (SSV)
  • AVIA, Association des officiers de l'armée de l'air
  • Société des officiers d'état-major (GGstOf)
  • Groupe GIARDINO
  • Forum des entrepreneurs Lilienberg
  • EMPA Suisse
  • Magazine militaire «Soldat Suisse»
  • ASMZ, périodique militaire
  • Pro Libertate
  • Société des visites d’études historiques militaires (GMS)
  • Aérodrome du Forum Dübendorf
  • Information Group PRO, avions de chasse
  • Communauté d'intérêts pour une armée forte et crédible (ISGA)
  • Société des officiers du canton de Saint-Gall (KOG SG)
  • Société des officiers du canton de Thurgovie (KOG TG)
  • Société des officiers du canton de Zoug (KOG)
  • Société des officiers du canton de Zurich (KOG ZH)
  • Association de sous-officiers Zurich et Schaffhouse (KUOV ZH + SH)
  • Comité de la Suisse orientale pour une défense nationale crédible (KOGLA)
  • Pro Milice
  • Protecteur Aéro
  • ProTELL
  • Action Service actif
  • Association suisse des sergents-majors (SFwV)
  • JeunesUDC suisses
  • Association patriotique d'Argovie (AVV)
  • Heure suisse
  • Association pour la politique de sécurité et les études de défense (VSWW)
  • Société des officiers des troupes blindées
  • Association d'anciens chefs de section de l'Oberland zurichois
  • Nouvelles sur la politique militaire en Suisse
  • Association des amis de l'armée suisse
  • flabcollegium

Partager ce contenu