Des terroristes islamistes abattent plus de 140 personnes à Paris. Leurs outils meurtriers: des Kalachnikovs achetées illégalement et passées en contrebande à travers la moitié de l’Europe. Sur ce, l’UE renforce la législation sur les armes. Avec une nouvelle directive sur les armes, elle oblige les Etats de Schengen à interdire, par principe, la détention légale d’armes à feu par leurs citoyens. Un tel diktat de désarmement est inique, liberticide, inutile, dangereux et antisuisse – et même au sein de la Berne fédérale, on le sait bien. S’il en va selon la volonté de la majorité du Conseil fédéral et du Parlement, il devrait néanmoins être mis en oeuvre.

Le PS et les Verts se félicitent de l’attaque de Bruxelles parce qu’elle satisfait à leurs propres attentes en matière de désarmement. Il y a huit ans, le 13 février 2011, ils ont fait naufrage dans les urnes avec leur initiative «Pour la protection face à la violence des armes»: aujourd’hui, ils ne veulent pas rater l’occasion d’inscrire leurs revendications radicales dans la loi, sans passer par le peuple. Le PDC et le PLR, en revanche, pourraient se passer des nouveaux paragraphes de l’UE. Pour eux, le citoyen armé n’est pas une épine dans le pied et, en fait, ils préféreraient garder notre droit sur les armes tel quel. Mais malheureusement, avec leurs affirmations constantes que l’avenir de notre économie dépend de l’humeur de Bruxelles, comme l’avenir de la souris dépend de la faim du chat, ils se sont eux-mêmes laissé terroriser. C’est pourquoi ils sont maintenant prêts à accepter précisément le désarmement général qu’ils ont contribué à empêcher en 2011.

Ces deux alliés contre-nature ont décidé de reprendre quasiment à la lettre la directive illicite de l’UE. Cette reprise, assurent-ils, serait «pragmatique» et «ne porterait pas atteinte aux traditions suisses». Remplacer de façon «pragmatique» le droit suisse par le non-droit de l’UE? Ignorer «en ne portant pas atteinte aux traditions suisses» les résultats de votations? Jeter de façon «pragmatique» nos principes législatifs par-dessus bord? Harceler «en ne portant pas atteinte aux traditions suisses» des centaines de milliers de propriétaires d’armes sans reproche? Enterrer de façon «pragmatique» le tir sportif? Interdire au citoyen «en ne portant pas atteinte aux traditions suisses» le fusil d’assaut de sa propre armée? Face à un tel excès de «pragmatisme» et de «préoccupation pour nos traditions», il n’y a qu’une seule réponse qui s’impose: un NON clair et sans équivoque, conforme à nos principes!

Partager ce contenu